Il y a des couleurs qui égaient vos journées. Pour moi l'orange en fait partie, en plus de me remplir d'énergie.
Il y a des instants qui font du bien, parfois seulement quelques secondes, durant lesquelles notre esprit se déconnecte du temps qui passe. Cela vient de m'arriver, j'ai regardé ma tranche de main, presque «oublié» l'actualité, je me suis évadé... jusqu'à retomber sur les pieds.
Empreinte carbone quasiment nulle, ce matin mon pot de yaourt m'a transporté prendre le frais aux niveaux des pôles. Comme si vous effaciez tous vos soucis d'un coup de chiffon sur un tableau blanc, ces étendues blanches vous ressourcent en quelques secondes. Après, il faut gérer le retour...
Et si tout cela n'était pas réel. Et si comme dans The Truman show, nous ne jouons qu'un rôle qui s'arrêtera aussitôt les projecteurs éteints.
Rassurez moi, cela vous a déjà traversé l'esprit, non ?

Cette série au long cours a été initiée suite à l'expérience des 2 mois de confinement, qui se sont déroulés en France du 17 mars 2020 au 11 mai 2020. Cette période a bousculé notre rythme du quotidien qui s'est confronté au temps qui passe, quelles que soient nos activités. Le moindre instant nous a semblé plus précieux que jamais.
J'ai alors beaucoup réfléchi sur notre rapport au temps. Sur une même durée, au même moment, et parfois au même endroit, certains vont trouver le temps long, ou, au contraire ne pas le voir passer. Notre vie se constitue d'une succession d'instants qui s'étirent, plus ou moins, sur une échelle de temps universelle.
Le temps que l'on consacre à notre alimentation est de plus en plus court, faute d'être trop "occupés" par ailleurs. Le fait de photographier ce que je mange ou ce que je bois me ralenti, me fait apprécier le moment présent un peu à la manière d'une méditation en pleine conscience. Ce n'est pas désagréable.
Back to Top